Découvrez nos collections
Bamboo Édition : les BD qui vous ressemblent !Grand Angle : la BD comme au cinéma !Doki-Doki, le manga qui palpite !Drakoo, les nouvelles règles de la fantasy !
Espace presse Bamboo Édition
Espace documentaire Bamboo Édition
Trouver un album, un auteur, une actualité...
Newsletter Grand Angle
Facebook www.angle.fr

News

02/11/2020

Le Nouveau monde, terre de libertés

À l'approche des élections présidentielles américaines, replongeons-nous un instant dans l'immigration européenne du XIXe et XXe siècles. Ces millions d'Européens qui traversaient l'Atlantique dans un seul et même but se retrouvaient confrontés au célèbre point de passage, Ellis Island afin d’accéder au rêve américain.
Philippe Charlot et Miras ont décidé que ce lieu serait la pierre angulaire de leur nouvelle aventure 
Ellis Island.

 

 

Couverture

 

Le Nouveau Monde : les Européens surnommaient ainsi le continent américain. Une terre tout juste découverte, libre et offrant des possibilités d'avenir inaccessibles en Europe. Ces belles promesses ont conquis de nombreux courageux : de 1820 à 1920, ce sont 55 millions d'hommes et de femmes aux origines diverses qui traversèrent l'Atlantique.

 

Immigrer vers une vie meilleure

En un siècle, plus de 33 millions d'Européens sont partis pour les Etats-Unis, véritable eldorado : des Irlandais, des Britanniques, des Italiens, des Espagnols mais aussi des Français et des Suisses. Chacun avait ses raisons et celles-ci étaient nombreuses...

Les Irlandais ont fui la Grande Famine due au mildiou, une maladie qui a ravagé les champs de pommes de terre. Les Italiens ont voulu échapper au choléra et à la misère. Des juifs ont tout abandonné pour fuir les polgroms russes et la persécution du Tsar. La maladie, la pauvreté et le manque d'opportunités dans les pays de la Vieille Europe ont poussé tous ces habitants à partir à la conquête du Nouveau Monde. Là-bas, ils étaient convaincus de pouvoir enfin avoir la chance de s'élever socialement et de gagner davantage d'argent.

Les Etats-Unis bénéficiaient d'une image idyllique, celle d'une terre encore inexploitée qui ne demandait qu'à offrir ses richesses. Pour entretenir cette facette, de nombreuses campagnes publicitaires ont eu pour seul objectif d'encourager l'immigration européenne, comme la célèbre figure de l'Oncle Sam. Les compagnies maritimes cassaient leurs prix : certaines proposaient l'aller à seulement 37 livres !

 

Pourtant, la majorité des voyageurs était pauvre et devait se contenter de la troisième classe...

La première et la deuxième bénéficiaient d'un minimum de confort, réservé à leur ordre social et à leurs moyens financiers. Contrairement aux autres, ils ne recevaient qu'une brève visite du médecin et des agents administratifs à bord même du bateau : une fois les modalités achevées, ils débarquaient aussitôt sur le continent. Les Américains savaient que ces gens aisés ne seraient en aucun cas un poids mort : ils avaient déjà des moyens et ne vivraient pas à la charge de la nation.

Quant à ceux de la troisième classe, ils étaient entassés dans l'entrepont : une grande salle sans aération, sous le niveau de la mer et juste au-dessus de la salle des machines. Il faisait très chaud tant les voyageurs étaient serrés. Les conditions d'hygiène étaient déplorables et le confort, inexistant : ils dormaient sur des paillasses surperposées, mangeaient un mélange de pommes de terre et de harengs et n'avaient pas la moindre intimité. Les maladies se propageaient vite, si bien que certains n'eurent pas le temps ni la force d'atteindre leur destination.


Après de nombreux jours passés en mer, les immigrés de la troisième classe entament une longue et angoissante procédure : le dédale administratif d'Ellis Island.

 

 

 

D'Européens à Américains

Le centre d'immigration d'Ellis Island n'a ouvert ses portes que le 1er janvier 1892 : auparavant, les immigrés étaient directement accueillis à Manhattan, au déplaisir de ses habitants. Appelée la Golden Door (la Porte Dorée), cette île délaissée était le point de passage obligatoire pour espérer débarquer aux Etats-Unis.

Malgré l'épuisante traversée, les voyageurs revêtaient leurs plus beaux habits : il s'agissait de faire bonne impression. Première étape : le contrôle d'hygiène. Réalisé en à peine six secondes (ce qui lui a valu son nom, le "six second physical"), les agents déterminaient si un individu était malade ou invalide. Certains devaient simplement être placés en quarantaine, le temps de se soigner, tandis que d'autres étaient priés de repartir dans leur pays d'origine. Bien que la compagnie maritime prenait en charge les frais du retour, c'était un bouleversement et un échec pour ces voyageurs qui avaient tout misé sur leur nouvelle vie en Amérique.

 

 

 

Pour les autres voyageurs, il reste encore bien d'autres obstacles à franchir avant de savourer la réussite.

Les plus chanceux étaient ceux en bonne condition physique : ils pouvaient rejoindre le grand hall, soit la salle des enregistrements. Il fallait désormais prendre son mal en patience car cette pièce immense pouvait accueillir plus de 10 000 immigrés en une journée. Assisté d'un traducteur, un inspecteur interrogeait le nouvel arrivant afin de procéder aux vérifications administratives et législatives : son identité, son âge, son origine mais aussi s'il avait déjà été interné, emprisonné, s'il était anarchiste ou encore polygame... Une trentaine de questions au total, auxquelles les immigrés devaient se soumettre.

Après de longues heures passées dans l'angoisse et l'incertitude, environ 80% des voyageurs pouvaient enfin entendre la phrase libératrice : "Welcome to America" (Bienvenue en Amérique). Ils embarquaient dans un dernier bateau pour rejoindre le continent et une fois dans New York, c'était à eux seuls de trouver du travail, un logement, à manger... Bref, de survivre dans le pays de la liberté.

 

 

 

 

L'organisation de ces nombreuses arrivées aux Etats-Unis fut si efficace qu'aujourd'hui, on estime à plus de 100 millions d'Américains ceux qui ont un ancêtre qui s'est rendu à Ellis Island.

L'immigration aux Etats-Unis fut une étape cruciale dans l'histoire du pays. Encore aujourd'hui, c'est une problématique récurrente qui est sujet à polémique entre les citoyens : elle est d'ailleurs au centre des élections présidentielles américaines de novembre prochain.

 

Pour en apprendre davantage sur Ellis Island et l'immigration européenne, découvrez l'histoire de Tonio, un jeune italien qui se retrouve prisonnier de la Porte Dorée dans le tome 1 d'Ellis Island par Philippe Charlot et Miras, aux éditions Grand Angle.

16/06/2020

Grand Angle célèbre les 80 ans de l’appel du 18 juin : coup de projecteur sur Charles de Gaulle et les Compagnons de la Libération

“L’appel du 18 juin” du Général de Gaulle lancé en 1940 depuis l'Angleterre est devenu le symbole d’une France qui n’a pas cessé de se battre face à l’Allemagne nazie et qui lui a permit de gagner sa place dans le rang des vainqueurs. Aujourd’hui, nous fêtons ses 80 ans non sans émotion chez Grand Angle.

 

Charles de Gaulle : quatre tomes à la mémoire d’un homme qui a fait l’Histoire de France

 

BannièreNEWS_CDG

 

 

Le Général, bien qu’on le nomme aujourd’hui par son titre militaire n’a pas toujours été le Général de Gaulle. La bande dessinée Charles de Gaulle chez Grand Angle vous dévoile l’histoire du soldat et du Caporal de Gaulle, bien avant son appel emblématique du 18 juin 1940.

On y retrace la vie de Charles de Gaulle en quatre périodes marquantes, découpées en quatre tomes de bande dessinée. La narration discrète du scénariste Jean Yves Le Naour met en valeur les aventures du personnage qui ont ponctué sa vie. Le lecteur est spectateur de l’oeuvre et apprécie de se laisser entraîner dans un morceau de notre passé, non sans une certaine admiration lors du passage sur  la libération de la France par le héro “de Gaulle”.

 

Les Compagnons de la Libération : de grandes figures résistantes mises en lumière

 

BannièreNEWS_Compagnons

 

 

Jean Moulin, le Général Leclerc, Pierre Messmer, Romain Gary… Ces noms ne vous sont sans doute pas inconnus : ce sont ceux de célèbres héros résistants qui ont voué leurs vies à la France et qui appartiennent à l’Ordre de la Libération. Grand Angle, avec la collaboration du célèbre historien Jean Yves Le Naour, ont voulu raconter la vie de ses héros décorés par Le Général à la fin de la 2nde guerre mondiale dans une collection dédiée Les Compagnons de la Libération. Chaque tome met en lumière un Compagnon et on découvre l’exploit qui a fait de lui un héro de la France.

 

Les cahiers pédagogiques Grand Angle et leurs dossiers historiques

 

Parfois, la lecture d’une bande dessinée ne suffit pas pour saisir toute l’ampleur d’un sujet. Pour prolonger l’expérience, Grand Angle a réalisé, comme pour beaucoup de ses autres bandes dessinées, des cahiers pédagogiques qui approfondissent le sujet.

Charles de Gaulle et Les Compagnons de la Libération bénéficient de cahiers de huit pages en fin d’album réalisés par des experts du domaine. La fondation Charles de Gaulle et Jean Yves Le Naour se sont occupés d’apporter du contenu pour la première collection tandis que pour la seconde, les dossiers ont été conçus par l’Ordre de la Libération, la fondation Messmer et Thomas Rabino. Vous pouvez retrouver ce contenu gratuitement sur l’espace documentaire du site de Grand Angle et Bamboo édition.




L’appel du 18 juin, en plus d’être un symbole fort de la Résistance et un événement marquant de l’Histoire de France, nous pousse, lors de sa commémoration, à se souvenir de ce qu’il s’est passé et des grands héros qui ont libéré notre pays. Avec les BD Grand Angle, vous pouvez accomplir le devoir de mémoire qui nous incombe tous mais en y ajoutant le plaisir de la lecture. Après tout, l’important, c’est de savoir et de ne jamais oublier, peu importe le moyen de le faire, alors pourquoi pas en bande dessinée ?

21/03/2020

Grand Angle dit Non au racisme !

À l'heure du confinement,il ne faut pas oublier certains combats qui méritent qu'on se batte encore pour eux en toute situation, même isolé physiquement des autres.


La journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale est célébrée chaque année le 21 mars et Grand Angle appelle toute sa communauté à redoubler d’efforts pour construire un monde plus inclusif, plus solidaire et plus équitable. Nous vous invitons donc à lire la BD parfaite qui traite ce sujet « Ma fille , mon enfant ».

 

 

 

 

  

 

Scénario,dessin et couleur : David RATTE

 

 

Parler du racisme avec justesse, sans tabous ni manichéisme, n’est jamais chose aisée. Plus rares encore sont les BD qui réussissent ce prodige. Et pour ses premiers pas chez Grand Angle, on peut dire que le pari de David Ratte est particulièrement réussi ! Dans Ma fille, Mon enfant, on rit parfois, on pleure aussi, mais surtout on s’identifie aux protagonistes de cette histoire cruellement banale de gens « normaux », où l’ignorance et la peur de l’autre engendrent la haine et le rejet.

 

Avec une finesse et une simplicité touchante, Ma fille, Mon enfant met le doigt là où ça fait mal, n’occultant aucun sujet, telle cette scène étonnante où la mère de Chloé demande à la famille d’Abdel si « ils sont Charlie »…

 

Bien sûr, si le ton est parfois grave, on sent chez David Ratte une irrépressible envie de croire à l’être humain et – même s’il faudra un drame pour que la raison l’emporte – peu à peu, les cœurs finiront par se rouvrir. Une magnifique leçon de vie et de tolérance… de toutes les couleurs.

 Découvrez la BD sans bouger de chez vous, sur Izneo :

Ma fille, mon enfant

 

 

26/02/2020

L'École buissonnière : le dernier projet de Patrice Ordas

Le 9 décembre dernier, notre scénariste et ami Patrice Ordas nous quittait. Il travaillait alors avec le dessinateur Alain Mounier sur la bande dessinée L'École buissonnière, racontant l'histoire de son père durant la Seconde Guerre mondiale...

Voici quelques planches préparatoires de cette bande dessinée dont la réalisation, comme il l'aurait souhaité, ira à son terme.

Ecole Buissonnière-1 Ecole Buissonnière-2

Ecole Buissonnière-3 Ecole Buissonnière-4

La date de sortie de L'École buissonnière est prévue pour le mois de janvier 2021.

C'est un véritable honneur pour nous d'avoir collaboré avec cet immense artiste sur ce projet final, si personnel. Toutes nos pensées accompagnent sa famille et ses proches à chaque instant. Ce sera tout particulièrement le cas durant la Messe du Souvenir qui sera organisée en sa mémoire, le samedi 7 mars prochain, à Versailles. Si vous souhaitez vous y rendre n'hésitez pas à nous contacter en message privé sur les réseaux sociaux pour que nous puissions vous communiquer l'adresse et l'heure de la cérémonie.

22/01/2020

Une librairie éphémère sous les bulles du FIBD

En partenariat avec la librairie cosmopolite, un local de 100 m² est mis à notre disposition afin de le décorer aux couleurs de tous nos labels : Bamboo, Grand Angle, Fluide Glacial et Drakoo. Cette boutique sera située dans la galerie commerciale du Champs de Mars…sous les bulles du festival. Pendant 4 jours, nos auteurs seront en dédicace pour les amateurs de BD.

 

 

20 ans des Profs, retour aux sources. En 2001, la série les profs recevait l’alph’Art jeunesse 9-12 ans à Angoulême. Pour fêter les 20 ans d’existence de la série, les 4 auteurs de la série seront présents pendant le festival : Erroc, Pica, Sti & Leturgie. De quoi faire des séances de dédicaces animées ! un cadeau sera offert à toutes personnes qui se présentera à la boutique avec un exemplaire du Bamboo Mag. Ce dernier est distribué dans les rues angoumoisines pendant toute la durée du festival.

 

Drakoo:

en avant-première Découvrez en exclusivité et deux mois avant sa sortie Les Artilleuses, dernier né du label Drakoo. Scénarisé par l'auteur star de la Fantasy française Pierre Pevel et mis en image par Etienne Willem. Les deux auteurs viendront présenter leur ouvrage avec une couverture alternative ! Pour les amateurs
déjà conquis par cette maison d’édition, les dessinateurs : Boiscommun (Danthrakon), Morse (Dragon & poisons) et Crety (La Pierre du chaos) dédicaceront également leurs albums.

 

Grand Angle :

Focus sur la résistance En juin 2019, le label Grand Angle rendait hommage aux Compagnons de la Libération en lançant une collection du même titre. Sous la plume de Jean-Yves Le Naour et Catherine Valenti, historiens, ces albums relatent la vie de ces résistants français qui ont œuvré à la libération de 1945.Trois albums sont déjà sortis: Leclerc, Messmer et Moulin. Retrouvez les auteurs de cette collection dans notre boutique éphémère.

 

Fluide transforme l’essai Comme chaque année à Angoulême, Fluide Glacial propose des apéro-dédicaces vendredi et samedi (17H-19H) dans la joyeuse Maison du Off, 37 rue Hergé/Impasse Charlie Schlingo. Cette année, Fluide Glacial prend également ses quartiers dans la librairie éphémère du Groupe Bamboo (Galerie Commerciale du Champs de Mars) et accueillera cinq auteurs qui ont marqué l’année 2019 et qui ne passeront pas inaperçus en 2020 : Emmanuel Reuzé (Faut pas prendre les cons pour des gens), Yannick Grossetête (Merci l’Amour, merci la vie), Dominique Bertail (Mondo Reverso) et Pierre Place & Pierrick Starsky (Macadam Byzance).

 

 

Ne ratez aucune des dédicaces de nos autrices et

       auteurs grâce au planning jour par jour



 

21/01/2020

Le traumatisme psychique à cause des guerres!

Après la guerre et le retour à la vie normale quand on a été soldat. Comment expliquer aux proches ce vécu inavouable ? Comment reprendre une vie qui a continué sans vous? Comment reprendre le cours de sa vie quand on a tué des innocents? 

 

 

 

 

La guerre laisse des cicatrices physique qu'on peut remarquer chez le guerrier mais les plus durs sont les cicatrices morales qui causent des traumatismes psychiques que juste la personne même peut les sentir et parfois elle n'arrive même pas à les raconter, comme dans la BD "Puisqu'il faut des hommes" ce jeune Joseph est très marqué par ce qu'il a vu en Algérie et il a ramené de lourds secrets avec lui!

Cette BD traite du stress post traumatique (TSPT) et du retour à la vie ordinaire lorsque l'on revient d'une telle épreuve !

 

Quelques Informations sur le Trouble du Stress Post Traumatique (TSPT)

 

*Le TSPT est un trouble du comportement qui survient généralement suite à un événement traumatique. Une situation ou une personne est confrontée à la mort, ou risquant une grave blessure menaçant son intégrité physique, cette expérience lui déclenchera un sentiment de peur intense ou d’impuissance.

 

 

Les symptômes des personnes souffrant d’un TSPT sont multiples mais les trois réactions observés le plus généralement sont : 

  1. Syndrome de reviviscence : Revivre continuellement la scène traumatique en cauchemars
  2. Symptôme d’évitement : Chercher à éviter par tous les moyens tout ce qui peut rappeler la scène traumatique
  3. Symptôme d’hypervigilance : Même sans présence de danger imminent, la personne montrera des signes de méfiances exacerbés 

 

*9% des personnes ayant vécu une situation traumatique (Accident de voiture, agression physique ou sexuelle,…) ont développé un Trouble du Stress Post Traumatique. 

*Les femmes présentent un risque deux fois plus important que les hommes de développer un Trouble du Stress Post Traumatique

*Et La durée du Trouble du Stress Post Traumatique est très variable, de quelques semaines à plusieurs années. Néanmoins, la moitié des personnes s’en remettent spontanément en l’espace d’un ou deux ans. 

 

Le lein de la BD : http://bit.ly/PFH-BD 

 

Page suivante 
Dédicaces et festivals  [+] Voir toutes les datesflux RSS des dédicaces
 
 
Les dates de dédicaces
ne sont temporairement plus actualisées.
Merci de vérifier auprès des organisateurs
la présence ou non des auteurs.
 
WWW.ANGLE.FR

Actualités
Dédicaces
Catalogue
Auteurs
Newsletter
NOUVEAUTÉS

COLLECTIONS

Aventure Historique
Marcel Pagnol en BD
Émotion
Focus
Intégrales
Polar - Thriller
Romans
MINI-SITES

Le Messager
Thomas Silane
Á PROPOS

Contact
Mentions légales