Découvrez nos collections
Bamboo Édition : les BD qui vous ressemblent !Grand Angle : la BD comme au cinéma !Doki-Doki, le manga qui palpite !
Espace presse Bamboo Édition
Espace documentaire Bamboo Édition
Trouver un album, un auteur, une actualité...
Newsletter Grand Angle
Facebook www.angle.fr

News

27/04/2018

Jamais : une BD qui se savoure avec les yeux et les oreilles

Si Madeleine, l'héroïne de Jamais – la nouvelle bande dessinée de Bruno Duhamel – est aveugle, son ouïe aussi affûtée que sa répartie ne lui fait rater (presque) aucun détail de son environnement.

Le librairie et musicien Cédric Lawde a bien compris l'importance qu'occupent les sons dans la vie et l'environnement de la coriace centenaire. Il s'est ainsi mis à l'œuvre pour nous fournir une atmosphère musicale unique pour Jamais avec une bande son exclusive, faisant de Jamais une œuvre à savourer avec les yeux, mais aussi avec les oreilles. Présentation de ce passionné qui a su allier ses passions pour la musique et pour la bande dessinée !

Un parcours guidé par la musique (où l'on apprend que des trains manqués sont parfois bénéfiques)


Cédric Lawde a appris la musique assez jeune, dès ses 12 ans. Après avoir commencé par l'orgue il a été très vite intéressé par les synthés. Il a vraiment débuté à l'académie de musique de La Hulpe avec un professeur qu'il ramenait au train mais qui le ratait toujours et qui du coup discutait musique avec lui dans un café près de la gare en attendant le train suivant.
Ces discussions lui permirent d'acquérir une belle culture musicale. Par la suite, il a pris des cours d'harmonie pure et dure avec un professeur – Thierry Levaux – puis a travaillé avec des musiciens et enfin a composé des musiques de courts métrages et de films d'art.
Tout cela lui a permis de se rendre compte qu'il avait besoin de projets complets sur lesquels travailler plutôt que de la création libre. Lorsqu'il a acheté un bol tibétain symbolisant la vie et la mort, il s'est immédiatement dit qu'il se devait de le mettre dans l'intro de Jamais.

La rencontre et la gestation (où l'on apprend l'importance de la préparation)


Cédric a rencontré Bruno Duhamel au festival Diagonale à la librairie Slumberland où il avait été invité. Le courant est tout de suite bien passé et les deux artistes ont aimé leurs travaux respectifs. Cédric lui a proposé de lui composer une bande son pour son album et ils ont soumis le projet à Grand Angle en mai 2017. Cédric a ensuite composé de mi-juillet jusqu'à mi-août. Fin août il est allé chercher les sons, a laissé reposer début septembre puis a enregistré et mixé l'album fin septembre. Celui-ci a enfin été masterisé par Pieter De Wagter pour EQuus Studio en novembre.
La production de l'album a pris six long mois où Cédric Lawde a réfléchi et pensé à Jamais sans arrêt. Après un tel investissement, il fut difficile de se séparer de son œuvre, comme c'est le cas pour beaucoup d'artistes... Mais d'autres projets sont en route !

La technique (où l'on apprend le découpage musical de la BD)


Cédric a commencé à réfléchir sur l'album et notamment à la vitesse de lecture différente selon les personnes. Il a décidé d'abandonner l'idée d'accompagner la lecture page par page pour plutôt se concentrer sur une musique inspirée par la BD.
Son découpage des passages de la BD à accompagner musicalement fut instinctif et après une digestion de mai à mi-juillet pour savoir quels éléments il reprendrait. Il en était à une trentaine de morceaux au début, puis a laissé reposer. Il en a éliminé certains, en a fusionné d'autres pour en arriver au résultat final de 10 titres.
Jamais est conçu en deux parties au niveau du ton : une première partie positive et une seconde plus sombre, il en est de même pour sa bande son. Il a néanmoins composé le final en premier parce qu'il voulait quelque chose de très positif.
Tous les morceaux ont été composés à l'instinct mais de manière réfléchie, emporté par les notes.

Notes-Cedric-Jamais

Dans La Vague, on peut entendre le mari de Madeleine l'appeler ainsi que du Morse en fond, tout comme dans le morceau GIGN.
Précisions Importantes
Tous les sons ont été faits maison, l'avantage de l'avoir réfléchi 2 mois et l'avantage d'avoir la collectionnite des synthés. Cédric aime manipuler le son et rechercher le "beau" son pour jouer avec.
Il a essayé de mettre des effets miroir durant l'album : easter eggs à trouver.

Morceaux choisis (où l'on apprend la teneur des morceaux de la bande son)


"Les Habitudes" : le morceau le plus long, mais le moins complexe avec le moins d'instrument. Lent, mélancolique, avec des sons de cloches, qu'on retrouve souvent dans le but de "remettre l'église au milieu du village".
"La Révolte" : un morceau positif, presque dansant autour de la juste colère de Madeleine. Il fut selon Cédric difficile à travailler au début.
"La Promenade" : qui a nécessité un travail du son très littéral par rapport à la BD.
"Le Grenier" : Cédric n'est pas très jazz, mais il s'imagine que c'est de l'époque de Madeleine quand elle se rend dans le grenier. La musique y est souvenir.


Les influences de Cédric (où l'on apprend qu'il y a un peu de Sf dans la bande son de Jamais)


3 BD cultes : La Guerre éternelle de Marvano et Haldeman (adorerait composer la musique du film s'il y avait une adaptation), Yoko Tsuno, Muchacho par Lepage
3 films cultes : Alien, Cloud Atlas, Autant en emporte le vent
3 musiciens cultes : Serge Rachmaninoff, Mylène Farmer, et Röyksopp
3 romans cultes : l’œuvre de Terry Pratchet, Carbone modifié (qui a été adapté en série TV par Netflix), les romans d’Arthur C. Clark


Une version physique pour la bande son ?


La bande son de Jamais n'est pour l'instant disponible qu'en version numérique, mais une version physique n'est pas à exclure. Pour des raisons de budgets, cela dépendra de la demande. Vous trouverez ci-dessous un formulaire de sondage pour savoir si une version physique de la bande son de Jamais est susceptible de vous intéresser et à quel prix.

13/03/2018

Bleu Pétrole se dote d'une nouvelle jaquette pour les 40 ans de l'Amoco Cadiz

À l'occasion des 40 ans du naufrage de L'Amoco Cadiz, la bande dessinée Bleu Pétrole s'est dotée d'une jaquette spéciale en hommage à cet événement bouleversant :

Bleu Pétrole jaquette anniversaire

La scénariste Gwénola Morizur, dont c'était là la première bande dessinée, avait tâché d'y relater un pan de son histoire familiale, en tant que petite-fille du maire de Ploudalmézeau qui avait entamé un bras de fer historique avec les pétroliers pollueurs.
La justesse de son récit transcendée par les dessins et les couleurs de Fanny Montgermont a d'ailleurs valu à Bleu Pétrole de remporter la Mention documentaire du Prix Artémisa 2018. La vidéo émouvante de la remise de prix, filmée par Line Scheibling :

08/03/2018

Coup de projecteur sur les héroïnes de Grand Angle !

Aventurières, personnalités historiques ou héroïnes du quotidien… à l’occasion de la Journée Internationale des droits des femmes, découvrez quelques-unes des figures féminines incontournables de notre catalogue !

 

Les figures historiques

 

Alexandra David-Neel et Marie-Madeleine Peyronnet – Une Vie avec Alexandra David-Neel

Être la secrétaire particulière de l’une des plus grandes exploratrices de l’Histoire, ce n’est pas de tout repos : Marie-Madeleine va l’apprendre au contact de la célèbre Alexandra David-Neel. De la relation touchante (et parfois musclée) entre ces deux femmes fortes ressort un double récit relatant leur cohabitation au quotidien ainsi que les aventures de jeunesse de l’exploratrice.

Sayo – Tomoé

Enlevée brutalement à sa vie simple de fille de pêcheur, Sayo se retrouve précipitée dans un tourbillon de machinations politiques ayant pour enjeu les rênes du Japon féodal du XVe siècle. Si elle n’est pas à proprement parler un personnage ayant existé, son aïeule Tomoe Gozen fut la femme samouraï la plus crainte de par ses exploits durant la guerre civile du XIIe siècle. Sera-t-elle à la hauteur d’une telle filiation ? Nous le saurons le dans le tome 2, concluant ses aventures, le 04 avril prochain !


couverture provisoire

Florrie et le gang des 40 Éléphants – 40 Éléphants

Sorte de pendant féminin et londonien des fameux Peaky Blinders, les 40 Éléphants ont bel et bien opéré dans la capitale anglaise entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe. Elles étaient aussi redoutables que leurs homologues masculins qui leur avaient laissé le champ libre en partant pour les champs de bataille français durant la Première Guerre mondiale. Les tensions qui se créèrent lors du retour de ceux-ci et le recrutement de Florrie, une habile pickpocket sont au cœur du premier tome imaginé par Kid Toussaint et dessiné avec maestria par Virginie Augustin. Le tome 2, attendu pour le 02 mai, se concentrera sur Maggie, la plus jeune recrue du gang.

couverture provisoire

Les aventurières intrépides

 

Dusty – La Ballade de Dusty

La crise de 1929 donna aux États-Unis des airs de monde post-apocalyptique où des milliers de personnes dépossédées de leurs biens et de leur domicile, habitaient dans des bidonvilles ou erraient sur les routes. C’est dans ce contexte que la petite Dusty se lance à la recherche de son père, parti présenter des revendications au président américain, en traversant le pays, depuis son sud natal !

Oriane – Le Cimetière des Innocents

Jamais à court de réparties cinglantes, portant des pantalons et rejetant l’obscurantisme religieux ambiant, il était sûr que la jeune Oriane allait aux devants de sérieux ennuis dans le Paris du XVe siècle. La capitale française – en proie elle aussi aux troubles religieux entre catholiques et protestants – et plus particulièrement le cimetière des Innocents (célèbre pour ses emmurées vivantes) seront le théâtre des péripéties de notre héroïne.

 

Ekaterina – Amère Russie

Mère d’un soldat Russe parti combattre en Tchétchénie, Ekaterina ne va pas hésiter à se rendre sur les lignes de front pour retrouver les traces de celui-ci, après avoir cessé de recevoir des nouvelles. Le courage de cette dame, bien décidée à ramener son fils au pays va en étonner plus d’un, à commencer par les lectrices et lecteurs qui assistaient là à la première collaboration du scénariste Aurélien Ducoudray et de la talentueuse dessinatrice Anlor.

Les héroïnes du quotidien

 

Lily – Nos Embellies

Lily est semblable à des millions d’autres jeunes françaises, avec ses rêves, ses espoirs et ses doutes. Ce sont ces derniers qui vont lui faire quitter Paris sur un coup de tête, juste après avoir appris qu’elle était enceinte, en compagnie du neveu de son compagnon et d’un jeune autostoppeur atypique. Avec Nos Embellies, Gwenola Morizur fait preuve une nouvelle fois d’une grande sensibilité dans sa narration, avec cette fois-ci Marie Duvoisin – dont c’est le tout premier album – au dessin.

Bleu – Bleu pétrole

À travers le regard de Bleu, nous assistons au combat du maire de Ploudalmézeau – son père –contre les pétroliers pollueurs derrière la catastrophe écologique de l’Amoco Cadiz. Cette petite fille d’une maturité impressionnante face aux difficultés est inspirée par la mère de Gwenola Morizur, la scénariste de cet album récompensé par le Prix Artémisia 2018 du documentaire. (Re)découvrez Bleu Pétrole avec une couverture spéciale réalisée pour l’anniversaire du naufrage de L’Amoco Cadiz.

Madeleine – Jamais

Les Normands sont réputés pour leur fort caractère, mais Madeleine décroche la palme de la détermination haut la main. Cette centenaire refuse de quitter son domicile alors que celui-ci menace de chuter dans la mer à cause de l’érosion des falaises. Peu importe le risque et les injonctions du maire, elle ne quittera JAMAIS cette maison habitée par tant de souvenirs !

 

Nous aurions pu également parler des femmes au centre des récits du duo Sébastien Morice / Didier Quella-Guyot comme Norane dans Boitelle et le Café des colonies ou les insulaires esseulées de Facteur pour femmes ou encore de Ada et Luçja, les deux sœurs juives précipitées dans la tourmente nazie durant la Seconde Guerre mondiale dans le second cycle de L’Envolée sauvage et bien d’autres encore… Mais nous vous laissons parcourir notre catalogue et celui de Bamboo – qui ne manque pas d’héroïnes fortes, de tous âges  pour toutes les découvrir !

31/01/2018

Le Cimetière des innocents et Gran Café Tortoni : deux lieux mythiques, deux ambiances historiques

Pour démarrer 2018 en beauté, le scénariste Philippe Charlot revient avec deux récits se déroulant au cœur d'époques et de lieux mythiques plus ou moins éloignés : Le Cimetière des innocents et Gran Café Tortoni !

Toits-Cimetiere

Prenant place dans une France du XVIe siècle en proie à une guerre de religions entre catholiques et protestants, Le Cimetière de innocents est – tel le lieu éponyme – nimbé d'une aura mystérieuse qui appelle à l'aventure. Celle de Jonas, un jeune huguenot à la recherche des ossements de son père, exécuté durant le massacre de la Saint-Barthélémy et d'Oriane, la fille d'un supposé alchimiste, va les mener aux frontières du mystique...

 

Valse-Gran Cafe Tortoni

Plus proches de nous dans le temps mais plus éloigné géographiquement, les événements de Gran Café Tortoni se déroulent pour leur part dans le légendaire café de Buenos Aires. Sur des rythmes de tango argentin, des rêves de grandeur et des passions vont tourbilloner dans ce récit choral dépeignant l'effervescence de ce haut lieu culturel argentin, tout au long du XXe siècle...

Le Cimetière des innocents et Gran Café Tortoni : deux époques et deux lieux mythiques aux ambiances uniques, à découvrir dès maintenant dans vos librairies physiques et numériques.

Acheter Le Cimetière des innocents sur Amazon ou en numérique sur Izneo

Acheter Gran Café Tortoni sur Amazon ou en numérique sur Izneo

Cimetière des innocents-cover Gran Cafe Tortoni-Cover

24/11/2017

Des écrins Bamboo, Grand Angle et Doki-Doki pour illuminer votre fin d'année !

Les collections Bamboo, Grand Angle et Doki-Doki préparent les fêtes de fin d'années en se dévoilant sous leurs plus beaux atours !

Ecrins-Noel-2017

Jeunesse, humour, aventure, manga... Il y en aura pour tous les goûts et tous les âges avec des écrins Petits Mythos, Marcel Pagnol, Alexandra David-Neel, Sun-Ken Rock et bien d'autres encore...

Integrales-Jim-2017

Les fans de Jim et les romantiques, en général, seront à la fête avec les intégrales de Une Nuit à Rome, Héléna, L'Érection et Où sont passés les grands jours !

Rendez-vous en librairie pour découvrir au plus vite toutes ces beaux ouvrages, taillés pour les pieds de vos sapins !

 

23/11/2017

L'Adoption et Un Grand Bourgogne oublié s'exposent à Paris !

Le jeudi 30 novembre 2017, Arno Monin (L'Adoption) et Boris Guilloteau (Un Grand Bourgogne oublié) exposeront leur art dans la capitale parisienne.

Pour les amateurs de vins, l'exposition Un Grand Bourgogne oublié aura lieu à partir de 18h à l'atelier Manjari & Partners (9 Cité de l'Ameublement, 75011 Paris) durant laquelle les visiteurs pourront admirer les originaux de Boris Guilloteau et se faire dédicacer les albums de la série, tout en dégustant des vins du domaine Guillot-Broux (avec modération).

Un Grand Bourgogne Oublié

Pour les amateurs d'histoires familiales touchantes et atypiques, le vernissage de l'exposition L'Adoption débutera à 19h à la Galerie Octopus (69 rue Saint-Jacques, 75005 Paris). L'occasion rêvée d'admirer et d'acheter les originaux d'Arno Monin, mais aussi d'échanger avec l'artiste nantais, présent pour l'occasion.

Exposition-Adoption

Si le choix est rude entre ces deux expositions ou si vous ne pouvez pas vous y rendre, rassurez-vous, les équipes de Grand Angle sur les lieux tâcheront de partager l'événement sur les réseaux sociaux : inscrivez-vous aux événements Facebook dédiés pour ne rien manquer à leur sujet !

Inscription à l'événement L'Adoption

Inscription à l'événement Un Grand Bourgogne oublié

13/11/2017

Les bagnes coloniaux de L'Île aux remords

L'Histoire derrière l'histoire de famille...


LES TRAVAUX FORCÉS

Bagne-Ile_Aux_Remords


En vigueur jusqu’en 1938, la loi du 30 mai 1854 instituait la « transportation » de tous les condamnés aux travaux forcés en Guyane, puis à partir de 1863 en Nouvelle-Calédonie également. Cette loi prévoyait l’emploi de ces détenus aux travaux les plus pénibles de la colonisation. Elle instaurait également pour les condamnés à moins de huit ans le « doublage », soit l’obligation de résider sur place à l’expiration de leur peine un temps égal à celui de leur condamnation, et l’obligation pour les condamnés à plus de huit ans à y résider définitivement. Elle a été complétée par la terrible loi du 27 mai 1885 sur la « relégation » qui instituait l’internement perpétuel sur le territoire des colonies françaises, notamment dans les bagnes, des délinquants et criminels multirécidivistes.

 

LE MARTINIÈRE, PRISON FLOTTANTE

Martiniere-Ile_Aux_Remords


Le cargo Martinière, construit en 1911 et transformé en prison flottante en 1922, servait à transporter des condamnés vers les îles du Salut en Guyane, à raison de deux voyages annuels depuis le pénitencier de Saint-Martin-de-Ré. La plus grande traversée durait une quinzaine de jours, quelquefois plus, quand il fallait faire escale à Alger pour embarquer les condamnés des cours d’assisses d’Afrique du Nord (des milliers d’Algériens ont été envoyés en Guyane de 1897 à 1952).

Découvrez-en plus dans L'Île aux remords, la nouvelle pépite du duo Sébastien Morice / Didier Quella-Guyot 

IleAuxRemords-Couv

 

30/10/2017

Voleuses, kidnappeuses, proxénètes... Elles sont 40 et tiennent Londres entre leurs mains.

C’est entre le XIXe et le XXe siècle que le gang des « Forty Elephants » (autrement appelé « Forty Thieves ») a acquis ses tristes lettres de noblesse. Affiliées à l’« Elephant & Castle Gang », elles forment l’alliance parfaite entre un gang exclusivement composé d’hommes spécialisés en cambriolages et autres larcins et une escouade de professionnelles aux capacités plus discrètes, mais tout aussi lucratives. Alors que le « Castle Gang » opère de manière plus directe et musclée dans le sud de Londres, les « Forty Elephants » se créent une véritable organisation segmentée en différentes petites factions leur permettant de faire main basse sur la totalité de la ville.

Alice_Diamond -40_Elephants Florrie_Holmes-40_Elephants

Fiche-40Elephants

Si le nombre des membres de cette organisation peut atteindre jusqu’à 70 demoiselles, elles jurent toutes allégeance à Alice Diamond. Consacrée « The Queen of the Forty Elephants », elle dirige d’une main de fer ce groupe atypique aux capacités multiples.
Le domaine de prédilection des « Forty Elephants » et leurs plus grands faits d’armes restent sans aucun doute les grandes razzias parmi les plus grandes enseignes londoniennes. En mettant à profit la totalité des membres de l’organisation, elles jetaient leur dévolu sur une même enseigne afin de maximiser le profit de leurs nombreux casses. Imaginez une trentaine de voleuses, agissant de concert, tout en ayant chacune des compétences différentes et vous obtiendrez la recette miracle des casses version « Forty Elephants » !

Splash page - 40 Éléphants

Le terme de « syndicat du crime organisé » ne serait pas usurpé tant cette organisation criminelle, composée exclusivement de femmes, a pu faire trembler les autorités londoniennes durant des années, échappant sans relâche aux mains de la justice. Non contentes d’organiser des raids dans toute la ville, les « Forty Elephants » se faisaient également embaucher par de riches familles londoniennes, sous de fausses références, comme gouvernantes, s’octroyant ainsi le droit de mettre à sac les propriétés en toute discrétion. C’est durant le contexte de l’entre-deux-guerres que le règne des « Forty Elephant » atteint son apogée, allant même jusqu’à contraindre les autres gangs londoniens à leur verser un tribut en échange de leur protection.
S’il n’est pas rare à l’heure actuelle d’entendre parler de « gangs de filles » comme les Tokyo Girls ou les Black Boutantes, le mode opératoire reste le même : « Terroriser par le nombre ».

Crime-40_Elephants

Lorsque les « Forty Elephants » ont amorcé leur lugubre carrière, il était clair que leur but n’était absolument pas de marquer l’histoire. Une chose reste sûre, elles ont changé la donne. À partir de cet instant, le vol n’était plus destiné exclusivement aux hommes. Si la société n’épargnait personne de la misère ou de la pauvreté, alors n’importe quel professionnel, homme ou femme prêt à se salir suffisamment les mains, était en mesure de défier le système en place !

Le 02 novembre, Grand Angle vous fait revivre ces années folles avec le premier tome de 40 Éléphants : Florrie doigts de fée !

Couverture-BD-40_Elephants 

Planche-40_Elephants

Page suivante 
WWW.ANGLE.FR

Actualités
Dédicaces
Catalogue
Auteurs
Newsletter
NOUVEAUTÉS

Charles-de-gaulle T.4
40-a-la-phants T.2
La-fille-de-l-exposition-universelle T.1
Le-oki-d-odzala
L-amour-en-plus-compliqua
Plein-de-promesses
Road-therapy
Inversion
COLLECTIONS

Aventure Historique
Marcel Pagnol en BD
Émotion
Focus
Intégrales
Polar - Thriller
Romans
MINI-SITES

Le Messager
Thomas Silane
Á PROPOS

Contact
Mentions légales