Découvrez nos collections
Bamboo Édition : les BD qui vous ressemblent !Grand Angle : la BD comme au cinéma !Doki-Doki, le manga qui palpite !
Espace presse Bamboo Édition
Espace documentaire Bamboo Édition
Trouver un album, un auteur, une actualité...
Newsletter Grand Angle
Facebook www.angle.fr

News

31/01/2018

Le Cimetière des innocents et Gran Café Tortoni : deux lieux mythiques, deux ambiances historiques

Pour démarrer 2018 en beauté, le scénariste Philippe Charlot revient avec deux récits se déroulant au cœur d'époques et de lieux mythiques plus ou moins éloignés : Le Cimetière des innocents et Gran Café Tortoni !

Toits-Cimetiere

Prenant place dans une France du XVIe siècle en proie à une guerre de religions entre catholiques et protestants, Le Cimetière de innocents est – tel le lieu éponyme – nimbé d'une aura mystérieuse qui appelle à l'aventure. Celle de Jonas, un jeune huguenot à la recherche des ossements de son père, exécuté durant le massacre de la Saint-Barthélémy et d'Oriane, la fille d'un supposé alchimiste, va les mener aux frontières du mystique...

 

Valse-Gran Cafe Tortoni

Plus proches de nous dans le temps mais plus éloigné géographiquement, les événements de Gran Café Tortoni se déroulent pour leur part dans le légendaire café de Buenos Aires. Sur des rythmes de tango argentin, des rêves de grandeur et des passions vont tourbilloner dans ce récit choral dépeignant l'effervescence de ce haut lieu culturel argentin, tout au long du XXe siècle...

Le Cimetière des innocents et Gran Café Tortoni : deux époques et deux lieux mythiques aux ambiances uniques, à découvrir dès maintenant dans vos librairies physiques et numériques.

Acheter Le Cimetière des innocents sur Amazon ou en numérique sur Izneo

Acheter Gran Café Tortoni sur Amazon ou en numérique sur Izneo

Cimetière des innocents-cover Gran Cafe Tortoni-Cover

13/11/2017

Les bagnes coloniaux de L'Île aux remords

L'Histoire derrière l'histoire de famille...


LES TRAVAUX FORCÉS

Bagne-Ile_Aux_Remords


En vigueur jusqu’en 1938, la loi du 30 mai 1854 instituait la « transportation » de tous les condamnés aux travaux forcés en Guyane, puis à partir de 1863 en Nouvelle-Calédonie également. Cette loi prévoyait l’emploi de ces détenus aux travaux les plus pénibles de la colonisation. Elle instaurait également pour les condamnés à moins de huit ans le « doublage », soit l’obligation de résider sur place à l’expiration de leur peine un temps égal à celui de leur condamnation, et l’obligation pour les condamnés à plus de huit ans à y résider définitivement. Elle a été complétée par la terrible loi du 27 mai 1885 sur la « relégation » qui instituait l’internement perpétuel sur le territoire des colonies françaises, notamment dans les bagnes, des délinquants et criminels multirécidivistes.

 

LE MARTINIÈRE, PRISON FLOTTANTE

Martiniere-Ile_Aux_Remords


Le cargo Martinière, construit en 1911 et transformé en prison flottante en 1922, servait à transporter des condamnés vers les îles du Salut en Guyane, à raison de deux voyages annuels depuis le pénitencier de Saint-Martin-de-Ré. La plus grande traversée durait une quinzaine de jours, quelquefois plus, quand il fallait faire escale à Alger pour embarquer les condamnés des cours d’assisses d’Afrique du Nord (des milliers d’Algériens ont été envoyés en Guyane de 1897 à 1952).

Découvrez-en plus dans L'Île aux remords, la nouvelle pépite du duo Sébastien Morice / Didier Quella-Guyot 

IleAuxRemords-Couv

 

30/10/2017

Voleuses, kidnappeuses, proxénètes... Elles sont 40 et tiennent Londres entre leurs mains.

C’est entre le XIXe et le XXe siècle que le gang des « Forty Elephants » (autrement appelé « Forty Thieves ») a acquis ses tristes lettres de noblesse. Affiliées à l’« Elephant & Castle Gang », elles forment l’alliance parfaite entre un gang exclusivement composé d’hommes spécialisés en cambriolages et autres larcins et une escouade de professionnelles aux capacités plus discrètes, mais tout aussi lucratives. Alors que le « Castle Gang » opère de manière plus directe et musclée dans le sud de Londres, les « Forty Elephants » se créent une véritable organisation segmentée en différentes petites factions leur permettant de faire main basse sur la totalité de la ville.

Alice_Diamond -40_Elephants Florrie_Holmes-40_Elephants

Fiche-40Elephants

Si le nombre des membres de cette organisation peut atteindre jusqu’à 70 demoiselles, elles jurent toutes allégeance à Alice Diamond. Consacrée « The Queen of the Forty Elephants », elle dirige d’une main de fer ce groupe atypique aux capacités multiples.
Le domaine de prédilection des « Forty Elephants » et leurs plus grands faits d’armes restent sans aucun doute les grandes razzias parmi les plus grandes enseignes londoniennes. En mettant à profit la totalité des membres de l’organisation, elles jetaient leur dévolu sur une même enseigne afin de maximiser le profit de leurs nombreux casses. Imaginez une trentaine de voleuses, agissant de concert, tout en ayant chacune des compétences différentes et vous obtiendrez la recette miracle des casses version « Forty Elephants » !

Splash page - 40 Éléphants

Le terme de « syndicat du crime organisé » ne serait pas usurpé tant cette organisation criminelle, composée exclusivement de femmes, a pu faire trembler les autorités londoniennes durant des années, échappant sans relâche aux mains de la justice. Non contentes d’organiser des raids dans toute la ville, les « Forty Elephants » se faisaient également embaucher par de riches familles londoniennes, sous de fausses références, comme gouvernantes, s’octroyant ainsi le droit de mettre à sac les propriétés en toute discrétion. C’est durant le contexte de l’entre-deux-guerres que le règne des « Forty Elephant » atteint son apogée, allant même jusqu’à contraindre les autres gangs londoniens à leur verser un tribut en échange de leur protection.
S’il n’est pas rare à l’heure actuelle d’entendre parler de « gangs de filles » comme les Tokyo Girls ou les Black Boutantes, le mode opératoire reste le même : « Terroriser par le nombre ».

Crime-40_Elephants

Lorsque les « Forty Elephants » ont amorcé leur lugubre carrière, il était clair que leur but n’était absolument pas de marquer l’histoire. Une chose reste sûre, elles ont changé la donne. À partir de cet instant, le vol n’était plus destiné exclusivement aux hommes. Si la société n’épargnait personne de la misère ou de la pauvreté, alors n’importe quel professionnel, homme ou femme prêt à se salir suffisamment les mains, était en mesure de défier le système en place !

Le 02 novembre, Grand Angle vous fait revivre ces années folles avec le premier tome de 40 Éléphants : Florrie doigts de fée !

Couverture-BD-40_Elephants 

Planche-40_Elephants

Page Précédente Page suivante 
WWW.ANGLE.FR

Actualités
Dédicaces
Catalogue
Auteurs
Newsletter
NOUVEAUTÉS

Nos-vies-prisonnia-res T.1
Les-souliers-rouges
Amere-russie
Mon-pa-re-ce-poivrot
COLLECTIONS

Aventure Historique
Marcel Pagnol en BD
Émotion
Focus
Intégrales
Polar - Thriller
Romans
MINI-SITES

Le Messager
Thomas Silane
Á PROPOS

Contact
Mentions légales